Promenade dans le quartier de Sedlec et les monts Kaňk

Sedlec, ainsi que l’ancienne colonie minière Kaňk,  font partie des plus anciens quartiers de Kutná Hora. La promenade vous permet de découvrir non seulement la beauté de la plus ancienne église d’Europe centrale, mais également le secret de la fabrication du tabac, l’Ossuaire mondialement connu et de profiter d‘une vue inhabituelle sur la ville d’argent depuis le belvédère Kaňk. Utilisez pour vous orienter la balise touristique jaune du Club des touristes tchèques. L’itinéraire est complété par des tableaux d’information de l‘association Denemark, dont le sentier cyclable de découverte « Autour de Kutná Hora » passe en grande partie par cet itinéraire.

Abbaye de Sedlec

A Sedlec fut fondé en 1142 le premier monastère cistercien de Bohême. La deuxième moitié du 13ème siècle fut marquée par le début de l’exploitation minière à Kutná Hora. Même si le monastère ne participait pas directement à l’exploitation minière, il s’enrichissait grâce à la location des terrains. Ces moyens servirent à la construction de l’église conventuelle de l’Assomption de la Vierge Marie et Saint Jean le Baptiste. Pendant les guerres hussites à la 1ère moitié du 15ème siècle, le monastère, ainsi que l’église, furent réduits en cendres et la majorité des moines fut assassinée. Le monastère, ainsi que toute l’abbaye, furent restaurés au tournant des 17ème et 18ème siècles grâce à l’abbé Snopek. En 1784, l’abbaye et tous les autres monastères furent supprimés sur la décision de l’empereur Joseph II. Plus tard, le monastère fut transformé en appartements, hôpital ou entrepôt. En 1812, il accueillit l’usine de tabac. Les premières cigarettes furent fabriquées ici en 1882.

Cathédrale de l’Assomption de la Vierge Marie et Saint Jean le Baptiste

L‘église conventuelle fut bâtie par le « Maître de l’église de Sedlec » dans les années  1290 à 1320. À cette époque, il s’agissait de la première construction de type cathédral et en même temps du plus grand bâtiment sacral sur le territoire de Bohême et de Moravie. L’église fut brûlée pendant les guerres hussites et demeura en ruines pendant plusieurs siècles. Au tournant des 17ème et 18ème siècles, elle subit, grâce à l’abbé Snopek, une vaste rénovation sous la direction de l’excellent architecte baroque tchèque J. B. Santini Aichel dans son style unique de gothique baroque. Il encastra dans la cathédrale des éléments de construction uniques sous forme de voûte et d’escalier autoportants. La cathédrale est inscrite depuis 1995 sur la Liste du patrimoine mondial culturel et naturel UNESCO. Actuellement, vous pouvez visiter 2 circuits. La trésorerie abrite l’original de l’ostensoir de Sedlec, l’un des plus anciens ostensoirs gothiques conservés au monde. Vous pouvez découvrir dans la salle de cinéma l’histoire animée du monastère de Sedlec.  

Ancien monastère cistercien et Exposition Philip Morris

Les vestiges des bâtiments de l’ancien monastère cistercien se trouvent juste derrière la cathédrale. Ces locaux renferment le siège de la société Philip Morris ČR a. s. La société propose aux visiteurs de découvrir les locaux de l’ancien couvent baroque, de la chapelle d’abbaye incluant l’exposition « Transformations du monastère de Sedlec », ainsi que l’usine de fabrication. Les visites sont guidées et il est nécessaire de les réserver au minimum 3 jours avant pour des groupes de 5 personnes au minimum. 

À proximité de l’entrée dans le complexe Philip Morris ČR a.s. dans la rue Vítězná se trouve également l’Exposition Philip Morris sur le développement historique et actuel de la société. Cette exposition est réservée aux personnes de plus de 18 ans.

Église de cimetière de Tous les saints avec ossuaire à Sedlec

L’ossuaire se trouve dans la partie souterraine de l’église de cimetière datant du 14ème siècle, composée de deux chapelles bâties l’une au-dessus de l’autre. Dans ce cimetière repose plus de 40 mille personnes tuées pendant les guerres hussites. Après la suppression de ce vaste cimetière à la fin du 15ème siècle, les ossements exhumés furent rangés à l’extérieur et à l’intérieur de la chapelle souterraine et un moine à moitié aveugle les rangea en 1511 en grandes pyramides. La chapelle fut progressivement décorée d’ossements humains dans l’esprit de « mémento mori ». Après la suppression du monastère de Sedlec, les terrains et les bâtiments du monastère devinrent la propriété de la famille des Schwarzenberk. Leur maître de chantier František Rint acheva en 1870 la décoration unique de la chapelle souterraine à l’aide d‘ossements et de crânes. Avant leur utilisation, les ossements furent désinfectés et blanchis. La chapelle souterraine unique est un endroit de piété du dernier repos de près de 40 mille de personnes qui étaient là avant nous.

Monument naturel national Kaňk

Lors de votre promenade dans les monts de Kaňk, vous pouvez découvrir le « faciès de ressac », déclaré en 1933 Monument naturel national « Na Vrších ». Il s’agit des vestiges des falaises de la mer crétacée.

Restaurant « Havířská bouda » avec belvédère Kaňk

Le restaurant « Havířska bouda » situé au milieu de la forêt de Kaňk vous permet de vous rafraîchir et vous restaurer. Le complexe comprend également un belvédère de 30 mètres de hauteur, bâti en 2013 en maçonnerie massive cyclopéenne en pierre. Vous pouvez atteindre son sommet en montant 144 marches ou en utilisant l’ascenseur, grâce auquel le belvédère est accessible également aux personnes handicapées. La terrasse couverte du belvédère avec café et restaurant pour 20 personnes, propose non seulement la vue sur le panorama de Kutná Hora, mais également sur les environs...

La dépression

La dépression profonde d’environ 30 mètres, créée en 1969 après l’effondrement du complexe d’anciens abattages entre les mines de Kříž (Barbora) et Vidrhol dans la zone de « Turkaňské pásmo », témoigne avec les nombreuses sources historiques de l’activité minière sur les monts de Kaňk.

Calvaire

Au sommet du mont de Kaňk se trouve un monument de l’époque empire, construit sur l’ordre du comte Jan Rudolf Chotek en 1814.

Kaňk et église Saint Laurent

Le quartier de Kaňk fut fondé à la deuxième moitié du 13ème siècle avec la ville de Kutná Hora, simultanément avec la découverte des gisements de l’argent et du cuivre. La colonie minière d’origine fut déclarée ville en 1621 par l’empereur Ferdinand II avec les mêmes droits que possédait la ville de Kutná Hora elle-même. L’activité d’extraction dans les environs de Kaňk se poursuivit jusqu’au 20ème siècle, il s’agissait de l’extraction de minerai de zinc et de plomb.  Aujourd’hui, vous pouvez découvrir ici, hormis les vestiges de l’activité minière (crassiers, puits effondrés) et les vues exceptionnelles sur la ville d’argent, également l’église Saint Laurent. L’église fut bâtie dans les années 1489 à 1506 par l’architecte Matěj Rejsk et le maître Mikuláš de Kutná Hora. A l’intérieur se trouve le sanctuaire et la chaire qui fait partie des plus importants travaux sculpturaux de l’époque flamboyante en Bohême. Cependant, l’église n’est pas accessible au public.

Pour revenir en ville, quittez le centre de Kaňk - „Na Pašince” en empruntant la rue Kaňkovská, puis Lorecká. Vous pouvez découvrir en marchant sur votre droite deux petites chapelles. Au bout de la rue Lorecká, votre attention sera attirée par le vaste complexe de l’ancienne brasserie de Kutná Hora. 


box_Prochazka po Sedlci a Kankovskych vrsich (foto Jiri Coubal)
(© Jiří Coubal)